photo1_299

Remise des prix de l'AFSE (thèses et article)
Nancy 2016

photo4_240

Prix de thèse monétaire, financière et bancaire de la Fondation Banque de France

Thomas Lambert "Essais sur l'économie politique de la finance", sous la direction de Armin Schwienbacher et de Paul Belleflamme.

Résumé
Quelles sont les conséquences du système politique des pays sur leurs marchés financiers et les intermédiaires financiers? Pour répondre à cette question, cette thèse propose trois essais. Dans le premier essai, je montre comment les institutions du suffrage – une mesure clé de la répartition du pouvoir politique dans la société – affectent la dépendance relative des pays aux marchés boursiers et bancaires. Je démontre qu’au cours des deux derniers siècles les expansions graduelles du suffrage à différents segments de la population exercent un effet négatif sur le développement boursier – ce qui est en ligne avec l'idée selon laquelle les élites poursuivent leurs intérêts économiques en favorisant levé de capitaux sur les marchés boursiers. En revanche, j’identifie un effet positif du suffrage sur le développement bancaire – ce qui est en ligne avec l'idée selon laquelle le renforcement du pouvoir politique de la classe moyenne favorise un secteur bancaire qui partage son aversion pour le risque. Dans le deuxième essai, j’examine les déterminants politiques des réformes financières ayant eu lieux à travers le monde durant les trois dernières décennies. Je souligne en particulier le rôle prépondérant de la cohésion des gouvernements pour expliquer le rythme à laquelle ces réformes ont été prises ; constatant en effet que les gouvernements fragmentés sont moins enclins à dévier du statu quo. Dans le troisième essai, j’explore les répercussions des efforts de lobbying déployés par le secteur bancaire aux Etats-Unis ces quinze dernières années. Je montre que les banques font du lobbying pour obtenir un traitement préférentiel de la part du égulateur ; ce qui leur permet à leur tour de prendre des risques supplémentaires.

Le prix de thèse l'AFSE

Romain Espinoza "Analyse économique de la norme juridique : des origines constitutionnelles à la mise en oeuvre par le juge", sous la direction de Bruno Deffains.

Résumé
Les questions de légitimité et de stabilité des systèmes politiques ont longtemps été étudiées séparément des problèmes de mise en oeuvre du droit en sciences économiques. L’objectif de cette thèse est concilier ces différentes approches afin de replacer la mise en oeuvre de la norme juridique au centre du débat institutionnel. Ce travail se décompose en cinq investigations empiriques ou expérimentales portant chacune sur une des étapes du processus politique et judiciaire.Le premier article s’intéresse à l’impact des droits constitutionnels sur les dépenses publiques. La seconde étude explore l’influence des biais d’auto-complaisance sur la demande et l’offre de redistribution. Le troisième travail analyse les décisions rendues par le Conseil Constitutionnel. La quatrième partie examine la réforme de la carte judiciaire des Conseils de Prud’hommes de 2008. Le dernier chapitre étudie la relation entre la composition syndicale des Conseils de Prud’hommes et les issues des litiges qui y sont portés.Nos analyses reposent sur les outils économétriques et expérimentaux. Elles font usage de méthodes d’estimations classiques (OLS, GLS, Probit, Logit, Within OLS), de modèles à sélection (Heckman, Triprobit), des outils destinés aux problèmes d’endogénéité (2SLS)et des techniques d’estimation de systèmes d’équation (3SLS). L’approche expérimentale contient également des tests statistiques communément appliqués (tests de permutation,tests de comparaison de moyenne, tests de proportion) ainsi que de récentes méthodes pour traiter l’hétérogénéité (wild clustering).
photo3_265
photo2_308jury a décerné de plus cette année deux mentions spéciale

Pauline Rossi "Les déterminants des choix de fécondité en Afrique : préférences de genre, stratégies d'assurance et rivalités reproductives" sous la direction de Sylvie Lambert


Résumé
Cette thèse pose la question suivante : les comportements de fécondité en Afrique s'expliquent-ils en partie par des stratégies mises en œuvre par les mères pour améliorer leur situation économique ? L'approche adoptée pour répondre à cette question associe des théories économiques, des méthodes micro-économétriques et des connaissances établies par d'autres disciplines (sociologie, anthropologie, démographie et médecine). Le travail empirique est mené sur des données originales provenant d'une enquête ménage sénégalaise et sur les Enquêtes Démographiques et de Santé menées dans les pays africains. Chacun des chapitres étudie un déterminant potentiel des choix de fécondité : la préférence pour les garçons, les besoins des femmes en termes d'assurance-veuvage, et les rivalités reproductives entre co-épouses dans les ménages polygames. Tous convergent vers le même résultat : une femme intensifie sa fécondité lorsque son avenir économique est menacé, parce que son accès aux ressources contrôlées par les hommes passe principalement par ses enfants. En termes de politiques publiques, cela implique que le niveau toujours élevé de la fécondité en Afrique ne reflète pas uniquement l'absence de contrôle des femmes sur leurs grossesses, comme on l'entend souvent, mais aussi leurs incitations à avoir une descendance nombreuse. Ainsi, la promotion de l'autonomie des femmes pourrait favoriser le contrôle des naissances et éviter aux femmes et aux enfants de subir les risques sanitaires liés aux grossesses rapprochées.


- Arthur Silve "Elites and development" sous la direction de Thierry verdier


Résumé
Cette thèse est composée de trois chapitres. Chacun traite de l'un des aspects du rapport entre élites, définies par leur contrôle de la mise en oeuvre des politiques publiques, et développement, en particulier dans ses dimensions économiques et politiques. Elle met en valeur deux éléments : la structure économique de la société - qui contrôle quels actifs de production, et l'articulation entre différents détenteurs d'actifs au sein du processus de production - et l'environnement extérieur dans lequel s'inscrit une entité politique. Le premier chapitre propose un nouveau cadre dans lequel modéliser les conflits et les institutions de protection de la propriété privée. Celui-ci permet de mettre en valeur le rôle des complémentarités éventuelles entre actifs de production. Le deuxième chapitre examine le rôle de la mobilité des agents et de leurs actifs de production - exit, aurait dit Albert Hirschman - dans la détermination des politiques publiques. Les politiques publiques favorisent les détenteurs d'actifs les plus mobiles. En retour, ceux-ci s'enrichissent, et accèdent plus facilement à l'élite. Ce chapitre montre ensuite que ce mécanisme favorise les régimes patrimoniaux dans les pays en développement, et génère les conditions de l'existence des paradis fiscaux. Le troisième chapitre part du postulat qu'une guerre civile peut favoriser le déclenchement de guerres civiles dans les pays voisins. Le modèle permet d'expliquer le regroupement spatial et temporel des conflits, ainsi que plusieurs observations. En particulier, un pays souhaitant éviter la contagion d'une guerre civile a le choix d'améliorer ses institutions de propriété privée.

Prix Edmond Malinvaud

Le jury présidé par François Langot a décidé de remettre le Prix Malinvaud à Isabelle Méjean pour son papier:
"Firms, Destinations, and Aggregate Fluctuations", 2014, Econometrica, Vol. 82-4: 1303-1340 co-écrit avec J. di Giovanni and A. Levchenko
photo5_281